Notice sur les sieurs du Blocq

Ardres - Eglise Notre-Dame (Base Mémoire)
Ardres – Eglise Notre-Dame (Base Mémoire)

Le Blocq désigne un fief qui était situé sur la paroisse de Louches.

En 1495, ce fief, « deseure Leuline vers Louches (…) contenans treze mesures ou environ » appartenait à M. Blondel de Longvillers, du fait de Chrétienne de Courteheuse, sa femme. Il a ensuite appartenu à Jean Martel, lieutenant du bailli d’Ardres (avant 1568) puis aux Framery et à leurs successeurs (cf. J. de Pas, Notes pour servir à la Statistique Féodale dans l’étendue de l’ancien bailliage et de l’arrondissement actuel de Saint-Omer, in Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, tome XXXIII, 1921-1924, article : Le Blocq, à Louches).

Du seizième siècle au dix-huitième siècle, ce fief a suivi la même dévolution que l’office de lieutenant-général d’Ardres, qui a fait l’objet d’une étude dans le volume 7 des Bulletins de la Société des Antiquaires de la Morinie (1882-1886). Voici quelques éléments généalogiques tirés de ce travail, qui cite d’intéressants contrats de mariage :

I. Jean Martel, sr de Hambreucq, Lesart et La Couture, écuyer

Contrôleur de la ville d’Ardres, puis lieutenant du  bailli souverain de cette ville et comté de Guînes épousa Marguerite du Rieu, d’où une fille Jeanne, qui suit. Il figure avec ces qualités au contrat de mariage de sa  fille en 1568.

II. Jacques Framery, sr du Puch

II était fils de François Framery, écuyer, sr du Puch et de dlle Marguerite du Crocq. Il était encore conseiller au siège royal de la sénéchaussée du Boulonnais en 1580, il devint ensuite conseiller examinateur et garde du scel royal à Ardres, puis lieutenant général civil et criminel au bailliage souverain d’Ardres et comté de Guînes, comme successeur de son beau-père. Il avait, en effet, épousé en 1568, Jeanne Martel de Hambreucq, fille du précédent. A leur contrat de mariage passé à Ardres le 21 septembre 1568, assistèrent :

Du côté du futur.

  1. Marguerite du Crocq sa mère, veuve de François Framery, écuyer, sr du Puch.
  2. Noble homme messire Antoine Chinot, écuyer, sr du Val, conseiller du roi, lieutenant général de la sénéchaussée du Boulonnais.
  3. Chrestien du Sommerard, son oncle.
  4. Richard du Crocq, son oncle.

Du côté de la future.

  1. Son père.
  2. Pierre du Rieu, procureur de la sénéchaussée du Boulonnais, son frère.
  3. Charles Treneques, contrôleur de la ville de Boulogne.
  4. Jacques Villecot.

De ce mariage naquirent cinq enfants :

  • Isabeau, qui épousa Pierre du Chemin, écuyer, sr d’Olphus, demeurant à Ardres, d’où 4 enfants.
  • Jean, sr de Hambreucq, mayeur de Boulogne, puis lieutenant particulier de la sénéchaussée. Il épousa Jacqueline Morel, fille de Jérôme, sr d’Attinghem, mayeur de Boulogne.
  • Gédéon, sr du Blocq, qui suit.
  • Dlle Claude, qui épousa, suivant contrat passé le 17 août 1604, à Ardres, Jean Dauvergne, écuyer, sr d’Ostrohove dont une fille Marguerite, mariée le 14 vrier 1653 à Furcy de la Barre, sr du Boisjulienécuyer.
  • Guillaume, sr de La Couture, qui épousa, suivant contrat de mariage passé le 26 janvier 1613 à Boulogne, Ludivine de Laroche, fille d’Antoine, sr de Laroche, écuyer, et de Marguerite de Campagne.

III. Gédéon Framery, sr du Blocq

Il succéda à son père dans la charge de lieutenant général civil et criminel au bailliage souverain d’Ardres et comté de Guines. Il épousa dlle Marguerite Guérard de Fernehem, d’où deux enfants :

  • Madeleine, qui épousa, suivant contrat passé à Ardres le 28 janvier 1641, Antoine de Courteville, sr de Hodic, Beauval et la Houssoye, fils de Jacques, écuyer, et de Catherine Carpentier.
  • Jacques, sr de Fernehem, qui suit.

IV. Jacques Framery, sr de Fernehem

Avocat au parlement, fils du précédent. En le mariant, son père lui céda sa charge et office de lieutenant général. Son contrat de mariage fut passé le 31 janvier 1644 à Ardres, il épousa dlle Marguerite Groux. Le futur était assisté de :

  1. Noble homme Gédéon Framery, sr du Bloc, conseiller du roi, lieutenant général du bailliage d’Ardres, et de Marguerite Guérard de Fernehem, ses père et mère.
  2. Jean de Bourx, chevalier, sr de Léomont et de Lisle, conseiller du roi, capitaine d’une compagnie de chevaux-légers, mestre de camp, gouverneur d’Ardres.
  3. Messire Antoine du Bosc, chevalier, sr de Tussencourt, lieutenant pour le roi au gouvernement d’Ardres.
  4. Antoine de Courteville, écuyer, sr du Hodic, et sa femme Madeleine Framery, sœur de Jacques.
  5. Jacques Framery, sr de Hambreucq, cousin germain.

Les témoins du côté de la future étaient :

  1. Claude Groux, noble homme, écuyer, sr de Vallon, bailli royal d’Ardres et Jacqueline Fontaine, ses père et mère.
  2. Antoine Groux, prêtre curé de l’église paroissiale de Saint-Omer, son oncle du côté paternel.
  3. Noble homme François Fontaine, écuyer, sr de Scondevel, conseiller du roi, son procureur au bailliage d’Ardres.
  4. Jean Fontaine, écuyer, sr de Recq, lieutenant d’une compagnie de gens de pied au régiment du sr de Léomont. ses oncles du côté maternel.

Jacques Framery, sr de Fernehem, mourut en 1674, après avoir fait le 15 septembre 1673, un testament par lequel il réglait le partage de sa succession entre ses onze enfants, et ordonnait que son fils aîné Hercule Louis lui succédât dans sa charge et dans sa seigneurie de Fernehem. Parmi ses onze enfants, trois seulement ont laissé postérité :

  • Marguerite, qui s’est mariée à Ardres le 29 avril 1669 avec Gabriel de Campagne du Trait, écuyer, demeurant à Boursin en Boulonnais, fils de Charles de Campagne, sr de Lamotte, Godincthun et autres lieux, et de feue Antoinette de Saint-Martin, demeurant à Hardinghem. D’où deux enfants.
  • Madeleine, mariée suivant contrat passé à Ardres le 20 septembre 1674, à Balthazar Fontaine, sr du Recq, capitaine au régiment de Sault, fils de Jean Fontaine, sr du Crocq, capitaine au régiment de Rouville, et de Jeanne Belledame.
  • Hercule-Louis, sr de Fernehem, qui suit.

V. Hercule-Louis de Framery, sr de Fernehem, écuyer

Son père avait réuni les offices de lieutenant général civil et criminel, particulier, commissaire examinateur, assesseur criminel et général au bailliage souverain d’Ardres et comté de Guînes. Il lui succéda en 1674, après sa mort, dans toutes ses charges. En 1683, il épousa à Boulogne demoiselle Marguerite Le Roy d’Andreselle, fille d’Antoine Le Roy, seigneur de Lozembrune et d’Andreselle, conseiller du roi, président et lieutenant général en la sénéchaussée du Boulonnais, et de Madeleine Scotté. A leur contrat de mariage passé à Boulogne le 18 décembre 1683, assistèrent :

Du côté du futur

  1. Balthazar Fontaine, écuyer, sr du Recq, ancien capitaine au régiment de Sault, époux de Madeleine Framery, sa sœur.
  2. Marguerite Framery, veuve de Gabriel de Campagne du Trait, écuyer, sa soeur.
  3. Isabelle Framery, sa sœur.
  4. Geneviève Framery, sa sœur.
  5. Madeleine Framery, veuve d’Antoine de Courteville de Hodic, sa tante.
  6. Daniel de Courteville de Hodic, chevalier, et Marthe de Montbelon, sa femme, cousin germain.
  7. Antoine de Courteville, chevalier, cousin germain.
  8. Catherine de Courteville, veuve d’Antoine Carpentier, sr de l’Epagnerie, conseiller et procureur du roi en la sénéchaussée du Boulonnais, cousine germaine.
  9. Antoine Fontaine, seigneur de Scondevel, ancien capitaine au régiment de Normandie, cousin.
  10. Marguerite Framery, veuve de Furcy de la Planche, sr de Monthanel, écuyer, cousine.
  11. Pierre Framery, prêtre chanoine théologal de N.-D. de Boulogne, cousin.

Du côté de la future

  1. André Le Roy, seigneur de Lozembrune, conseiller du roi, président de la sénéchaussée du Boulonnais, son frère aîné, et Madeleine Abot, sa femme.
  2. Antoine Le Roy, chanoine archidiacre de N.-D. de Boulogne, son frère.
  3. Thomas Le Roy, écuyer, sr de Montaubert, son frère.
  4. Demoiselle Madeleine Le Roy.
  5. Michel Le Roy, de la Marancherie, baron du Val, Surques, etc., conseiller du roi, lieutenant général de la sénéchaussée, et Antoine Le Roy, sa femme, sœur de la future.
  6. Barbe Le Roy, veuve de noble homme Jean Berliquet, docteur en médecine, sa tante paternelle.
  7. Jean Scotté, seigneur de Velinghem et des Combles, conseiller du roi, lieutenant particulier, assesseur criminel de la sénéchaussée, son oncle maternel.
  8. André Scotté, prêtre chanoine de la cathédrale.
  9. Nicolle Scotté, sr de Velinghem, veuve d’Antoine Macquet, sr du Longpré, capitaine de cavalerie.
  10. Noble homme Charles Dhelbert, seigneur du Mesnage, de Montcauvel, etc., et Antoinette Scotté de Velinghem, sa femme.
  11. Marguerite Scotté de Velinghem. ses oncles et tantes.

Hercule-Louis de Framery, sr de Fernehem, mourut jeune en 1694 à-Ardres. Il fut enterré dans la sépulture de sa famille, dont l’entrée se trouvait à gauche dans le chœur de l’église, à côté de la chapelle de la Sainte-Vierge (autrefois Sainte-Catherine), sous l’épitaphe suivante :

Louis-Hercule Framery
A vu dans son printemps terminer sa carrière,
Et son corps qui repose ici
N’est plus qu’un triste amas de cendre et de poussière.
Tandis qu’il a vécu, la brigue et la faveur
N’ont pu trouver place en son cœur.
Il fut toujours juge équitable,
Et prévenant le riche et le pauvre à son tour,
Aux petits comme aux grands également traitable.
Il fut de son pays et l’arbitre et l’amour.
Avec le même éclat, son ayeul et son père
L’ont précédé dans ce haut rang,
Et dans le même caractère,
Tous trois ont soutenu la gloire de leur rang.
Ce dernier, par les soins d’une épouse fidèle,
Va renaître en ce monument,
Lui qui serait encor vivant
S’il eut pu vivre autant qu’il sera pleuré d’elle.

Cette épitaphe a disparu avec la sépulture des Framery, lors de la profanation de l’église en 1793. Hercule-Louis de Framery laissa cinq enfants dont :

A la mort de leur père, Antoine et Louis-Hercule-André n’avaient, le premier que 6 à 7 ans, le second qu’un an environ. Marguerite Le Roy, veuve de Hercule-Louis de Framery, leur mère, fit investir alors de l’office, dont la propriété resta à ses enfants, Nicolas Duquesnoy.

VI. Louis-Hercule-André de Framery

Et ce ne fut que le 27 février 1718, que Louis-Hercule-André de Framery reçut des lettres de provision, avec dispense d’âge, car étant le 26 juin 1692, il n’avait alors que 26 ans. En 1727, il épousa sa cousine demoiselle Geneviève de Guelque, fille de Jean-Baptiste, sr des Cluseaux et de Marie de Campagne. A leur contrat de mariage passé à Boursin en Boulonnais le 28 avril, assistèrent :

Du côté du futur

  1. Sa mère.
  2. Antoine Framery, écuyer, sr de Fernehem, conseiller du roi, lieutenant général de la sénéchaussée du Boulonnais, son frère, et Marie-Thérèse de Parisiel, son épouse.
  3. Barbe-Marguerite Framery, sa sœur.
  4. Madeleine Framery, sa sœur.
  5. Elisabeth Framery, veuve de Gédéon Lefebure, écuyer, sr de Marey, commandant des ville et château de Lourthes, sa tante.

Du côté de la future

  1. Daniel de Guizelin, écuyer, sr des Bareaux, cousin issu de germain du côté paternel.
  2. Charles Gillon de Noirval, conseiller du roi, juge de l’amirauté de Boulogne, cousin issu de germain du côté maternel, et dame Elisabeth Leporc d’Imbertun, son épouse.
  3. Achille de Mutinot, mayeur de la ville de Boulogne et dame Marie-Suzanne Gillon, son épouse, cousine.

Louis-Hercule-André de Framery mourut le 15 février 1751, laissant une fille unique Marie-Louise-Geneviève-Antoinette de Framery, à qui passa la propriété de l’office.

VII. Antoine de Saint-Just, écuyer, seigneur de la pairie d’Autingues

à Ardres le 15 novembre 1720, il épousa le 23 mars 1751 Mlle de Framery, et succéda à son beau-père dans les fonctions de lieutenant général au bailliage d’Ardres, suivant lettres de provision du 19 mai 1752. Il fut en outre lieutenant de la maîtrise des eaux et forêts de la province d’Artois.

La loi du 16-24 août 1790, titre 2, art. 2, supprima la vénalité et la transmission héréditaire des offices de judicature, et décréta une nouvelle organisation. La liquidation et le remboursement du prix des offices furent ensuite ordonnés par une autre loi du 7-12 septembre suivant. Le bailliage d’Ardres cessa d’exister.

En 1790, Antoine de Saint-Just fut nommé président du district de Calais.

Il mourut à Ardres à l’âge de 75 ans, le 5 mai 1795 (16 floréal an III).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s