Extrait d’un compte de l’abbaye de Licques (1527-1529)

Archives Nationales, Trésor des Chartes (Supplément) – Picardie, J 811, pièce 11-1 (et copie de la même pièce en 59-1). Copie collationnée datée de 1565.

« Extrait d’un compte de la terre et seigneurie de l’abbaye de Licques au comté de Guisnes pour monstrer comme les religieux, abbé et couvent de ladite abbaye sont seigneurs et ont plusieurs droictz aux villages de Sangan (Sanghen) et Ruberges (Rebergues) aussi en ladite comté. Ledit compte commençant ainsi qu’il s’ensuit : »

Compte Guillaume Carnisien pbre (1) recepveur des religieux, abbé et couvent notre dame de Licques qu’il fait et rend à Révérend père en Dieu Monsr Jehan abbé de ladite abbaye (2), de la recepte mise et remise par luy fait pour ung an commençant au jour et terme Sainct Remy anno mvcxxvii (1527) includ et suivant la … Sainct Remy anno mvcxxviii (1528), ledit terme exclud. Ensemble d’aucuns arrieraiges par luy … comme il apperera aux chappitres (…) et a faict … compte a telle monnoye que huit solz parisis pour neuf  (etc.)

Primo : Licques

De Jehan de Le Bec au lieu de Baudechon Boullengier pour deux articles (?) audit terme Saint Remy mvcxxvii … une razière de bled et deux gelines

(en marge : ) Il prend bien selon le compte précédent

Et audessus du … dudit compte en marge est escript : présenté à monsr par le recepveur en personne présentement frère Joachin Meldeman (3) (prieur ?), frère Sebastian Le Maure (4) et frère Jehan Pulzoin (5) le vme (5e) jour de juin l’an mil vc vingt neuf.

Plus au vingt et ung[niè]me feuillet dudit compte deuxme page est aussi escript.

Autre recepte faite par ledit recepveur des cens et rentes au village et paroisse de Sangan (Sanghen).

Sangan

De Pierre et Gilles de Rome : xx iiii s. vi d. p. (24 sols 6 deniers parisis)

(en marge : ) Il prend bien selon le compte précédent

De Colnet de Rome : i razière de bled et ii gelines

Ledit chappitre contenant deux feuillets et demy finissant sur la dernière page.

Et dudit chappitre de Sangan jusques à celluy de Ruberges au vii ème feuillet est aussi escript.

Autre recepte faite par ledit recepveur des cens et rentes au village et paroisse de Ruberges (Rebergues)

Ruberges

De Augustin Havrelois (ou Haverloix) : iiii L. xvi s. ii d. p.

Item i razière de bled et ii gelines

(en marge : ) Il prend bien selon le compte précédent.

De Gillet Havrelois fils Jehan : x L. v s. ii d. p. et i geline

De Augustin Havrelois au lieu dudit : xx vi s. ii d. p.

De Jehan Galbart au lieu dudit Gilles : x s. par.

Ledit cappitre contenant deux feuillets finissant sur le commencement de la dernière page.

Et à la fin dudit compte est pareillement escript ce qui s’ensuit.

Les présents comptes ont été oys, examinez, clos, passez et arreptez par monsr … en personnes le jour et an dessus… … soubz signez sauf tout … et faultes de calculle. Tesmoing aud. signez : f. Joachin Meldeman, Sebastian Le Maure, frère Jehan Polzouin, … de Calonne et G. Carnisien.

« Collation de la présente copie a été faite à l’original dudit compte (…) de Charles Pleubault greffier de l’eschevinage d’Ardres (etc.). Fait le premier jour de septembre mil cinq cent soixante et cinq. Signé : Damour (avec paraphe) »


 

(1) Guillaume Carnisien, receveur, non cité dans la Notice de l’abbé Rozé.

(2) Jean Carnizien, 24e abbé de l’abbaye de Licques, de 1505 à sa mort en 1529 (cf. Notice historique sur l’abbaye de N.-D. de Licques).

(3) Joachim Heldemand (sic), religieux connu en 1539 d’après la Notice de l’abbé Rozé.

(4) Sébastien Le Maire, religieux qui serait mort en 1520 d’après la Notice de l’abbé Rozé, ce qui est contredit par ce compte de 1527-1529.

(5) Jean Palzone, religieux connu en 1516 d’après la Notice de l’abbé Rozé.

Publicités

Guerres en Artois (1582)

Bibliothèque de Saint-Omer, Cartulaire de Saint-Bertin, volume 10, page 32 (vue 36/674), charte n°8, du 30 avril 1582 :

« A tous ceulx que ces presentes lettres verront, Eustace de Croy (1), Comte du Roeulx, seigneur de Rumenghien, Beaurains Chasteau, Beaurains Ville, Comtes Lomprey, Long &a, Gouverneur grand Bailly et Capitaine des ville et baillage de St-Omer et Capitaine de Cincquante hommes d’armes des ordonnances du Roy nostre sire ; Loys Thery (2) licentié es droit procureur de sa majesté au quartier de St-Omer, Tournehem et pays de Brenarde (Bredenarde) ; Jehan de Laben (3) Conseillier et Recepveur du Domaine de sa majesté es dits quartiers ; Nicase de Bersacques (4) escuier sgr d’Arquinghout ; maistres Guillaume Vandolre (5) et Jehan Debrandt (6) licentiés es loix aussy Conseilliers de sa dite majesté au Domaine et bailliage de St-Omer, pays d’Arthois, salut. »

« Scavoir faisons et certifions avoir bonne cognoissance que a l’eglise et abbaye de Saint-Bertin, mectes et jurisdiction dudict Bailliage située et assise au clos de la ville de Saint-Omer appartiegnent entre aultres biens les Comté d’Arques, terres et seigneuries de Coyecques, Herbelles, Acuwin (Acquin), le Wal, Quelmes, Audenfort, Assinghem, Houlle, Salperwicq, Tattinghem, Longuenesse, et Wisernes, situez tant au bailliage que partie en la banlieuwe de Saint-Omer, la pluspart desquelles sont du tout frontières et limitrophes au pays de France servans de barrières à la dicte ville de Saint-Omer, à raison de quoi en temps de guerre contre les Franchois, la dicte Abbaye en thire peu de revenu et prouffict pour les grandes quictances et moderations qui convient faire aux redebvables censiers et aultres a cause des pertes qu’ils souffrent par les pilleries des ennemis, par dessus que les plus fronthiers, si comme ceulx de Coyecques, Herbelles, Acuwin, le Wal, Quelmes, Audenfort et Hassinghem audit temps de guerre sont constraincts de tout quicter et abandonner leurs censes et labeurs à raison de quoy les terres demeurent à riez et en non valoir, sy avons toujours entendu aussy appartenir à ladite abbaye plusieurs aultres biens et terres sur les frontières d’Artois sy comme en la Comté de St-Pol et bailliage d’Aire, dont audit temps de guerre elle ne poeult plainement joyr pour les raisons susdites, comme aussy nous scavons que les biens appartenans a la dite abbaye scituez au Royaulme de France se confisquent audit temps de guerre et que lors ne s’en thire aulcun prouffict pour ladicte abbaye, pareillement avons tousjours entendu que ladicte Abbaye au pays de Flandres et mesmement au quartier et evesché de Bruges grand bien, quy du passé estoit son meilleur et plus asseuré revenu, dont elle thiroit secours, nourriture et entretenement necessaire tant des religieulx que aultrement durant les guerres contre les Franchois, mais pour les troubles et guerres civiles puis nagueres advenues et quy se continuent encors a present audit pays de Flandres et lieulx voisins, ne s’en poeult thirer aucun prouffict à la dicte abbaye a cause que les rebelles applicquent le tout a eulx, ce que venant a continuer et advenant une guerre contre les Franchois, que Dieu ne voeulle, la dicte abbaye qui est l’une des principalles anchiennes et meilleures maisons des Pays-Bas tomberoyt en apparente ruyne et desolation, quy seroit une perte indicible pour les bons offices que mes prelats ont de tout temps faict au pays d’Arthois et quartier dudict Saint-Omer. » (etc.)


(1) Eustache de Croÿ, comte du Rœulx en 1581 (après la mort de son frère aîné Jean), mort en 1609 sans postérité de son alliance avec Louise de Ghistelles. Il était fils d’Adrien de Croÿ, chevalier de l’ordre de la Toison d’Or, premier comte du Rœulx,  et de Claude de Melun (cf. généalogie de Croÿ).

(2) Louis Thery (ou de Thierry), nommé procureur de Saint-Omer le 13 novembre 1563, a servi pendant 28 ans les Habsbourg, auxquels il a été fidèle pendant les troubles. Son fils Wallerand de Thierry, licencié ès droit, procureur général de Saint-Omer (3 avril 1593), a été anobli par lettres du 16 février 1606 après 12 ans de loyaux services (cf. Jean Le Roux, Recueil de la noblesse de Bourgogne). Armes : de gueules à la fasce d’argent, à trois merlettes sans bec et sans pied, deux en chef et une en pointe, avec une licorne et timbre.

(3) Jean de Laben, receveur du domaine de Saint-Omer, acquéreur le 29 octobre 1584 du fief dit de Saint-Omer, à Wisques, de Mahieu Vignon (cf. Statistique Féodale, supplément, 2e partie, 1936, page 1506). Il s’est marié avec Anne de Canteleu, qui apparaît comme veuve dans un acte du Gros de Saint-Omer (transport) du 11 mai 1609. Ils ont eu un fils, Loys de Laben, bailli de la terre et seigneurie de Beaurains, marié avec demoiselle Jeanne Blondel.

(4) Nicaise de Bersacques, écuyer, seigneur d’Arquingout (attesté de 1553 à 1599), fils de Gauthier de Bersacques et de Chrestienne de Difque. Il bénéficia d’une sentence de noblesse, contre le procureur fiscal de l’élection d’Artois, en date du 30 avril 1593. Cette sentence fait remonter l’ascendance de Nicaise à Jacques de Bersacques, écuyer, sieur de Welle, qui avait été nommé gouverneur et capitaine de la place et châtellenie d’Eperlecques en 1446 (cf. Louis Delozière, Histoire d’Eperlecques, page 46).

(5) Guillaume Vandolre, écuyer, licencié ès droit, conseiller de Leurs Altesses Sérénissimes au bailliage de Saint-Omer, était âgé de 69 ans en 1613, ce qui le fait naître vers 1544 (cf. Coutumes de Saint-Omer). Armes : d’or semé de fleurs de lys d’azur, au lion rampant armé et lampassé de gueules.

(6) « Jean (de) Brandt, greffier de la ville de Saint-Omer (greffier criminel principal depuis le 15 septembre 1561), fut anobli le 7 février 1587. Il remontra qu’il avait exercé ledit office de greffier l’espace de 24 ans, faisant tous les offices que convenoit pour le maintennement de la religion catholique, apostolique et romaine, et la conservation de Sa Sainteté et de Sa Majesté, et que pour ladite cause il avoit été extrêmement odieux aux séditieux durant les troubles (etc.). Armoiries : d’azur à trois flammes au naturel ou d’or, ombrées de gueules, deux et une. » (cf. Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, vol. 26, 1898, page 196) – Il était aussi conseiller au bailliage de Saint-Omer (cf. achat du fief de Northout-Oostoucq le 28 avril 1603). Il s’est marié par contrat passé le 25 juin 1560 à Saint-Omer avec Marie de Le Nort (fille de Jean et de Marie Lefèvre). Sur la famille de Brandt, voir : les tablettes généalogiques de Borel d’Hauterive et le Dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye-Desbois.